En poursuivant votre navigation sur Centaure.com, vous acceptez l’utilisation de cookies qui nous permettent de réaliser des statistiques de visites et d’améliorer la qualité des contenus proposés. En savoir plus.
Logo Bretagne Le leader de la formation à la sécurité routière
menu
contact
Stages récupération de points Stages clients Groupama Stages Grand Public Stages Particuliers

Les médicaments et la conduite

La conduite automobile nécessite une vigilance de tous les instants pour assurer sa propre sécurité et celle des autres. La prise de médicaments peut altérer l'attention, entraîner des effets secondaires et avoir des conséquences dramatiques sur la conduite. Centaure fait le point et vous aide à limiter les risques.

Les risques

Les études montrent que 10 % des conducteurs blessés ou tués étaient sous l'emprise de médicaments psychotropes, c'est-à-dire agissant sur le système nerveux (tranquillisants, somnifères et anti-dépresseurs).
Les principaux risques liés aux médicaments sont :

- la somnolence avec, à la clé, inattention, ralentissement de la prise de décision et des réflexes. Ces effets dits « sédatifs » multiplient par 2 à 5 le risque d'accident ;
- l'excitation qui peut se manifester par l'euphorie et l'altération des capacités de jugement ;
- la perturbation des sens : trouble de la vue, de l'équilibre, etc.


La conduite sous l'emprise de médicaments vous fait courir de vrais risques !
 

Rappel du contexte légal

Le code de la santé publique : Le patient, en vertu de la loi du 4 mars 2002, doit être informé par le professionnel de santé sur le traitement envisagé et sur ses éventuelles conséquences. En cas de litige, il appartiendra au professionnel ou à l'établissement de santé d'apporter la preuve par tout moyen que l'information a bien été donnée.


L’aptitude physique : La liste des affections médicales incompatibles avec l'obtention ou le maintien du permis de conduire est fixée par arrêté du 31 août 2010. Il existe de nombreux cas où les effets d'un médicament sur les capacités de conduite et le retentissement de la pathologie sont interdépendants. En l'état actuel de la législation, aucune dérogation au secret médical n'est possible, y compris vis-à-vis des membres de la famille.
Le saviez-vous : malgré l'information qui vous est due et dans tous les cas, vous, en tant que conducteur, avez une responsabilité directe à suivre l'avis médical reçu. Si vous souhaitez contester un avis médical, vous pouvez vous adresser à la commission médicale départementale de votre préfecture.
 

Cinq étapes pour limiter les risques !

1) Signalez à votre médecin ou à votre pharmacien que vous conduisez !

N'hésitez pas à signaler au médecin, lorsqu'il réalise son

ordonnance, ou à votre pharmacien, lorsqu'il vous délivre un médicament (avec ou sans ordonnance) que vous conduisez. Ils pourront ainsi vous proposer le ou les médicament(s)qui altérera(ont) le moins vos capacités de conduite.

 

2) Suivez le pictogramme sur les boîtes !

 

 

Vérifiez les boîtes de vos médicaments. Si l'un des trois pictogrammes suivants y figure, cela signifie que vous devez adapter votre comportement en fonction du niveau de risque qu'il représente.
 
3) Lisez la notice !
Cherchez la rubrique « Conducteurs et utilisateurs de machine » ; cette dernière vous concerne. De même, lisez avec attention les paragraphes « mise en garde / précautions d'emploi » et « effets indésirables » pour vérifier s'il n'y a pas de contre-indications avec la conduite.
 
4) Conformez-vous à l'ordonnance ou à la notice
C'est une question de bon sens ! Ne modifiez pas les doses : vous risqueriez d'augmenter les effets indésirables en perdant le bénéfice du traitement. De même respectez les heures et les conditions de prise.
 
5) Avec les médicaments, pas de mélanges !
Évitez de consommer de l'alcool et des drogues (y compris le cannabis) avec les médicaments. Vous risqueriez de décupler et/ou d'aggraver les effets indésirables.

 

Sachez vous remettre en question

Si vous êtes malade et sous traitement, tenez-en compte. Au volant, cela signifie adapter sa conduite à son état physique en ralentissant, en conservant des distances de sécurité plus importantes.
Ne prenez pas le volant ou arrêtez de conduire lorsque votre état l'impose : grosse fatigue, tremblement, fièvre, difficulté à vous concentrer, état nerveux, euphorique ou agressif.

 

 

Centaure vous propose d'approfondir vos connaissances avec les Quizz de révision.

Découvrez le quizz de révision "La somnolence et l'hypovigilance".



Pour plus d'informations sur le réseau Centaure,Contactez-nous
Accueil

11 centres
de formation

Alsace - Lorraine Bourgogne - Franche Comté Bretagne Centre Atlantique Midi-Pyrénées Nord-Pas de Calais - Picardie Paris - Ile-de-France Paris - Normandie Provence - Méditerranée Rhône-Alpes Sud-Ouest
N°1 de la formation à la conduite sécurité sur site protégé, Centaure se distingue par des infrastructures et ses équipements au service des conducteurs.

11 CENTRES DE FORMATION
CHOISISSEZ LE VOTRE !

Centre n°1


Bretagne
/FCKeditor/UserFiles/Image/Visuels-Centre-Page-d-accueil/centre-bre.jpg
A 10 MINUTES DE RENNES :
3 PLATEAUX D ’EXERCICES, 1 PISTE MOTO
16 VEHICULES, 1 CENTRE DE BILAN TECHNIQUE


Centaure
Le Bois-Doré - RN 24
35650 LE RHEU

Tél. : 02 99 14 67 77
Fax : 02 99 14 67 70
Plan d'accèsLe centrePédagogieL'équipe
Formation pour l'entrepriseFormation pour
l'entreprise
Stage récupération de pointsStage récupération
de points
Stage prévention sociétaire GroupamaStage prévention
sociétaire Groupama
Stage prévention sociétaire Groupamastage particuliers

Nos 11 centres ...

Nos 11 centres régionaux de formation :

menu - nos centres

 
Suivez-nous
Partenaires
Groupama
Valid XHTML 1.0 Transitional